Crea sito

       

Home page

Storia

Architettura

Interni

Citazioni storiche

Curiosità

Genealogia

Blasonario

Foto

Letteratura

Links

ra i riferimenti bibiliografici alla nobile famiglia De la Tour de Villa de Gressan si presenta una selezione ragionata.
Va innanzitutto evidenziato come, ad oggi, non si abbiano informazioni di ricerche bibliografiche di studiosi moderni del settore dedicate a valorizzare la storia dei De La Tour de Villa. Come ebbe a dire Monsignor Duc a fine ottocento, le figure dei nobili De La Tour: "ont été couvertes d'un voile inpénétrable jusqu'ici. En général elles ne nous offrent, avec leurs noms, que quelques détails de médiocre intéret. Est-ce donc un motif de reléguer dans l'oubli nos anciens chatelains, parce que leur vie ne s'est pas produite sur un vaste théatre, et que leurs actes surnagent en petit nombre sur le fleuve des ages? Non, il est bon de recueillir les noms et les faits échappés aux injures des temps et de les mettres en lumière". Questa selezione di citazioni raccoglie l'invito del Duc, consapevoli che si tratta di una bibliografia parziale, incompleta e raccolta dallo scrivente, non addetto ai lavori e quindi fonte di possibili errori interpretativi.
Come specificheremo anche nella sezione genealogica, ulteriore ostacolo ad una corretta ricerca bibliografica sui Tour de Villa è legata alla loro indole particolarmente bellicosa ed insofferente verso subalterni (che spesso venivano maltrattati) ma anche e soprattutto verso i casati dominanti che cagionò anche una certa censura nei loro confronti nei documenti ufficiali come ci viene ricordato dal De Tillier già agli inizi del settecento: "Laditte famille est une de celles qui s'est faitte maltraitter par les comtes de Savoye pour cause sans doutte de la repugnance avec laquelle les nobles qui en sont sortis successivement avoint de se soumettre en vrais sujets à leur ordres. Un argument qui peut au besoin servir de preuve est celluy qu'on n'en trouve aucuns des nommés dans les traittés de la dedition et reglements qui y ont étés ajoutés en consequance". A riprova del loro carattere riottoso e ribelle verso l'ordine costituito, il Gerbore riporta che "quelques-uns d'entre eux furent pendus devant la porte de leur chateau".
Ma passiamo ora alle citazioni: nel 1253 Tommaso di Savoia, reggente del regno di Savoia venne ad Aosta ed in  un famoso atto del 9 settembre denominato "Charte des franchises" confermò le franchigie ed i privilegi  accordati alle più potenti famiglie valdostane ed al popolo valdostano. Tra i potenti nobili locali che ebbero diritto ad essere citati nella famosa Charte  allignano di diritto Boniface e Jacques de Villa  "...Nous donc, après avoir lu la dite charte, après avoir plusieurs fois relu, examiné et  étudié avec soin les articles qu'elle contient, voyant que parmi ces articles il en est qui semblent obscurs, et qui ont besoin d'être expliqués et spécifiés d'une façon plus claire et plus précise, voyant en outre qu'il faut en ajouter quelques-uns après mûre délibération. Ne voulant en quoi (pie ce soit déroger audit instrument soit charte, ou aux articles qu'elle contient, mais ayant plutôt la volonté d'éclaircir les passages obscurs el d'ajouter divers règlements pour l'utilité, l'honneur el la liberté tant de la cité que de la vallée d'Aoste. ainsi disons, statuons et ordonnons, parce que nous recommandons et voulons que ladite charte et tous les articles qu'elle contient soient maintenus à perpétuité, fidèlement conservés et inviolablemenl gardés ……furent demandés comme témoins et appelés avec tous ceux qui font adhésion spéciale et sont expressément consentants, savoir: Rodolphe (archevêque de Tarentaise; Pierre (de Bosses), évêque d'Aoste; Pierre (de Challand), prévôt de la cathédrale, avec les chanoines et le chapitre de ladite église el tout le clergé, excepté quelques chapitres qui, à cause de la peine de mort portée dans ladite charte, n'ont pas voulu donner un consentement entraînant leur propre irrégularité, mais qui pourtant ne s'y sont pas opposés; Godéfroy, vicomte d'Aoste, et ses frères Aymon el Boson; Aymon, seigneur de Nus; Bermond Philippe de Monl-Jovel; Henry et Oddon de Verrès,-frères; les seigneurs d'Arnad, Guillaume, seigneur de Pont-Saint-Martin; Jacques de Valleise et Arnoud son neveu; Aymon, Pierre et Hugues de Sarriod, frères; Jacques de Sarre; Jacques de Rocca ; Boniface de Villa, vidame, et Jacques son frère; Pierre de Gressan; et plusieurs autres nobles de la vallée d'Aoste…". In tale periodo diversi membri della famiglia  dei Tour de Villa rivestìrono la prestigiosa carica di vice-domini di Aosta.
Pergamene conservate in fondi parrocchiali oltre ad alcuni scritti di Monseigneur Duc  riportano riferimenti bibliografici di cui si allegano stralci. Vi si menzionano nobili quali Boniface, Pierre (1265), Jean e Rodolphe (1276), Jacquemet (1344), Godefroy e Jacquemet (1324), Boniface, Jacquemet (1352), Pierre e Aymonet (1396) Boniface (1439), Jean, Pierre, Aymonet (1447), Pantaléon, Antoine, Jean Pierre (1458), Antoine (1461), Boniface (1463), Antoine, Boniface, Jean e Barbe (1476), Jacques (1539), Grat-Philibert (1694):
 

1265, août 28

Les hoirs de Godefroi de Gressan, par ce document, rendent publiques les clauses de son testament nuncupatif. Le testateur ordonne que soient payées ses dettes à l'assistance de l'église et lègue à l'église de Gressan 5 sols pour la célébration annuelle de 5 messes; il institue comme héritière universelle de tous les biens non légués autrement sa fille Marguerite, à laquelle il donne tous les fiefs qu'il tient des héritiers de feu Boniface de Gressan, prieur de Sainte-Hélène; en cas de mort de sa fille Marguerite les dits fiefs surviendront à Pierre, son neveu, fils de la dite Marguerite. Il nomme enfin les exécuteurs de son testament: Pierre de Montmélian (ou Montmeliour), Boniface de la Tour de Villa et son neveu Pierre, fils de Marguerite. Témoins: Jean Gauteri de Gressan, noble Pierre naturel de la Tour de Villa, Pierre fils de feu Bertin de Villa, Perrin de Grumel, notaire, Jean, Rodolphe et Pierre Choffet.

1276

 Cette même année, Jean, fils de Rodolphe de Villa, fit cession au chapitre cathédral de deux propriétés, sises l'une à Jovensan, et l'autre à Villa en Gressan , à l'effet d'assurer la tenue d'un réfectoire simple institué par le chanoine Aimon de Chygnys.

1317, octobre 3

…Les commissaires publièrent leur sentence, le 26 septembre, et condamnèrent les prévenus à des amendes pécuniaires, à la perte de leurs fiefs et à la démolition de leurs maisons. …Les commissaires rejetèrent leurs demandes. Alors les inculpés interjetèrent appel devant le Conseil des pairs et impairs du Duché. Ceux-ci s'assemblèrent en cour de justice, au nombre de dix-neuf. C'est pour la première fois que nous voyons les seigneurs pairs et impairs du Duché siéger à Aoste comme corps judiciaire. Nous distinguons parmi ces nobles pairs Henri, prévôt de la Cathédrale, les seigneurs de Quart, de Valleise, d'Hérères, d'Archiery, de Gignod, d'Aymavilles, de Nus, de la Porte et de Villa en Gressan. Le Conseil, ayant pris connaissance des pièces du procès et considérant que la sentence des commissaires avait été rendue en dépit des coutumes de la Vallée, la cassa et l'annula. Ceci eut lieu, le 3 octobre 1317, devant la tour du Comte, c'est-à-dire du bailliage. Le bailli Amédée de Morestel, bien qu'invité, ne voulut pas assister à la lecture de cette sentence de réparation. Ce trait de fermeté de notre noblesse l'honore hautement et méritait d'être rapporté…

1324,  décembre 3

...comparurent à l'évêché, devant l'archidiacre Guillaume et les nobles Godefroy de Villa en Gressan, Jacquemet de la Tour et Perronet de Gressan, plusieurs habitants d'Osseyn sur Aymavilles, parmi lesquels nous remarquons Jean Chapel. Ces villageois avaient refusé de payer les prestations dues à la femme noble Françoise, veuve de Pierre de Gressan...

1344, novembre 17

Guillaume de Liddes, curé de Gressan, demande à noble Jaquemet de la Tour de Villa de Gressan 14 sols et demi-livre de cire, et cela aussi pour les 20 ans arriérés, legs fait par Galiana femme d'Arthadin. Le dit Jaquemet cède aussi  la dite pièce au curé Guillaume.

1352 

Perronet de Gressan sollicite de Boniface de la Tour de Villa le payement de la dote de sa femme, sœur de Boniface.

1352,  août 17

Les juges de la première et de la seconde audience commencèrent leurs travaux. Le 18, le comte ouvrit ses séances. Il y avait dans la salle haute de l'évêché trois bancs. Sur le plus élevé contre le mur du côté de la ville, étaient assis Amédée VI, le comte de Genevois, l'évêque Nicolas, le prieur de Saint-Ours, le noble Pierre de Montjovet, Pierre Fasolini ambassadeur de Milan et Aimon de Challant. Sur le banc du côté de l'église prirent place les seigneurs savoyards de La Chambre, de Saint-Amour, d'Urtières, Guillaume de la Baume et François de Serraval. De l'autre côté siégèrent Jacquemet de Montjovet, Pierre d'Avise, Alexandre de Nus, Henri Doczan, Jacquemet de la Tour de Villa en Gressan, Jean de la Cour de Courmayeur et Jean de Gignod. Sur un banc aux pieds du comte, on voyait les clercs soit les notaires et les coutumiers avec Pierre de Montgelat. Lorsque tous furent assis, le chevalier Pierre de Montgelat publia, au nom du prince, que tous les pairs et non pairs, ainsi que tous les autres nobles et non nobles de la Vallée, qui devaient au comte fidélité, hommages, plaîts, gîtes, servis et autres prestations, à l'occasion de son arrivée, eussent à remplir leur devoir dans le terme de huit jours, sous les peines ordinaires édictées contre les contumaces. Il annonça ensuite que, s'il y avait quelque affaire de haute justice ou de duel en cours, on en informât le comte. Enfin il demanda si quelqu'un avait des propositions à faire; personne ne répondit et la séance fut levée.

1372

Extrait de l'inféodation du Fief de Coessy passée l'année 1372 par Jean Brocare, curé de La Madeleine, a Boniface de La Tour.

1391,  janvier 20

 ...Les habitants de Cogne s'étaient compromis dans leurs relations avec les tuchins du Haut-Canavais, qui faisaient cause commune avec le marquis du Montferrat. Ils furent accusés auprès du comte de Savoie d'avoir fourni des vivres à ses ennemis. …Jacques Ferrandin députa Pierre de Gorra, châtelain de Cogne, aux fins d'instruire le procès et de rendre le jugement qu'il écherrait. Martin de Champlorenzal, procureur général de la mense, fut chargé du ministère public. La défense fut confiée à Barthélemy de la Mothe et à Hugonin Taride de Doue. Pierre de Gorra, selon la coutume du Duché, se fit assister d'un certain nombre de juges pairs et impairs. Au nombre des nobles pairs figurent Jean de Curte, de la Cour, seigneur d'Entrèves, Jacquemin et Guillaume, coseigneurs d'Ussel et de Saint-Marcel, Vuillermet et Jacques, coseigneurs de Nus, Jean de Gressan, Jean d'Archéry de Gignod, Aymonet de la Tour de Villa en Gressan.

1396,  novembre 30 

Le 30 novembre, Vuillermet Jacquier reconnut tenir en fief de Jacquemin de la Crète, citoyen d'Aoste, des crottes soit des caves au-dessous de la tour du comte, aujourd'hui la tour des prisons. A cet acte écrit par le notaire Jean Bovet de La Salle assistèrent les nobles Pierre, fils d'Aymonet, de la Tour de Villa en Gressan, et Boniface Dornion de Gressan.

1439, septembre 24

Le vice-châtelain du mandement de Quart Boniface de La Tour de Gressan donne la sentence définitive contenant échue de commise en faveur du curé de Jovençan Guillaume de Charrère contre Boniface Bovier et ses consorts.

1447, mai 3

Antoine du Villair, curé de La Madeleine de Gressan, donne en fief à noble Jean le jeune, fils de feu Pierre d'Aymonet de la Tour de Villa, la moitié d'une pièce de pré située aux pertinences de la Tour de Villa de Gressan, plus 3 héminées de pré au lieu du Creston, plus les dîmes de la pièce de Champaller et de celle de L'Estolaz, située à Conéry, pour le prix de 4 setiers de seigle, 5 sols et 7 deniers de servis et le plaît habituel.

1458,  août 28

Noble Pantaléon de La Tour de Villa de Gressan, au nom aussi de ses frères, pour leur moitié, et Antoine, fils de feu Jean-Pierre de La Tour, aussi pour lui et ses frères, pour l'autre moitié du fief, passent reconnaissance des fiefs qu'ils tiennent du comte de Challant, seigneur d'Aymavilles, dans le dit mandement, du torrent de Plan Felinaz jusqu'au torrent d'Héleys. Les fiefs sont de nouveau inféodés aux dits nobles de La Tour pour le prix de 100 florins d'intrage.

1461,  septembre 30

le chapitre de la Cathédrale, assemblé aux personnes de l'archidiacre Baudouin Excoffier, des chanoines Guillaume Poller, Pierre Glassard, Pierre Bus, Jacques Brunod, Pierre de Calinis, de Locana, Nicolas d'Etroubles, François Rosset, Louis de Saint-Pierre, Jean Joyet et Barthélemy Dorer, donna quittance d'une somme d'argent au noble Antoine de la Tour de Villa en Gressan et à ses frères.

1463

En ce temps, vivait à Aoste, au quartier Bouvernier, le seigneur Boniface de la Tour de Villa en Gressan. Ce personnage disposait d'une grande fortune et figure souvent dans les documents de ce siècle. On croit qu'il a fait réédifier l'ancienne église de la Madeleine à Gressan et qu'il en a fait peindre la façade. C'est probablement le même seigneur qui a fait bâtir et décorer la salle d'honneur de la Tour de Villa.

1476

Noble Boniface de Thora, fils  de feu noble Jean, ordonne que son corps soit enseveli au-dessous de la Cathédrale d'Aoste dans le tombeau où reposent déjà ses frères Jean et Claude. … Le testateur nomme pour héritiers universels de tous ses autres biens ses neveux Claude, fils de son frère Claude, et Pierre, Antoine et Boniface de la Tour de Villa de Gressan, ses autres neveux, fils de sa sœur Barbe, épouse de noble Jean de la Tour de Villa.

1539, avril 29

Le châtelain d'Aymavilles Grat Rolin, au nom du comte René de Challant, avec l'assistance des pairs Jean Vuilliet, seigneur de Saint-Pierre, Jean, Aymonet et Jacques de la Tour de Villa de Gressan, Ludovic, Guillaume et Etienne d'Avise, Pantaléon Vaudan, Jean Salluard et plusieurs autres  nobles et consuetudinarii du mandement d'Aymavilles, prononce une sentence au sujet d'une redevance due par Antoine de feu Jean Grivel d'Aymavilles sur certains fiefs de propriété de la confrérie du Saint-Esprit de Chevrot.

1568, novembre 5

Nicolas d'Avise, coseigneur du dit lieu et citoyen d'Aoste, confesse tenir en fief de Roz Gaspard, fils de Roz Favre, la troisième partie de la moitié, indivise avec les hoirs des seigneurs de la Tour de Gressan, d'une pièce de terre et champ située à Taxel, pour le prix de la troisième partie de la moitié de deux setiers et d'une hémine de seigle, de 6 deniers de servis et de 12 deniers de plaît.

Fin du XVIe siècle

Reconnaissances passées aux nobles frères de la Tour de Villa de Gressan concernant plusieurs fiefs.

1694, novembre 20

Grat-Philibert de La Tour fait son testament et lègue la  somme de 30 livres à l'église paroissiale de La  Madeleine pour la restauration du maître-autel de la dite église


Senza data-Inizi XVIII secolo:

Les hoirs du notaire Grat Rollin sont convoqués au tribunal d'Aymavilles pour passer reconnaissance du fief qu'ils tiennent de noble Antoine-Anselme de La Tour en Gressan et en payer les cens arriérés de 29.

_______________________________________________________________

Il possesso del castello da parte della famiglia nobile dei Carrel (che acquisirono anche il blasone di signori “Carrel de La Tour”) è ricordato in un documento conservato presso l'archivio parrocchiale di Gressan (Boniface-Hyacinte) ed in un altro conservato presso l’archivio parrocchiale di Jovencan (Boniface Hyacinte):

1735,  Janvier 11 

Boniface-Hyacinthe Carrel de La Madeleine passe reconnaissance à Joseph, comte de Challant et baron d'Aymavilles, pour tous les biens qui ont appartenu aux seigneurs de La Tour à La Madeleine.

1742, juillet

Noble Boniface-Hyacinthe Carrel de La Tour de Gressan passe quittance de l'argent reçu par la communauté de Jovençan pour les frais des 9 jours de vacations qu'il a passés à Chambéry  auprès du Sénat de Savoie.

_______________________________________________________________

Per chi fosse interessato ad approfondire la storia del castello, si consiglia la lettura del fondamentale "La Tour de Villa en Gressan", scritto da Monsignor Duc nel 1889 (Imprimérie Salesienne), reperibile presso il fondo valdostano della Biblioteca regionale di Aosta e "La Tour de Villa de la Madeleine en Gressan et la famille Gerbore", scritta dal Barone Giuseppe Gerbore nel 1925 (Imprimerie de la Vallée d'Aoste), sempre reperibile al fondo valdostano.


Copyright RUDY SANDI E-mail: chateautourdevilla@altervista.org